Toulouse

Bureau de ville de TOULOUSE

************

mercredi 8 novembre 2017

Soirée NOUAGE06  

Qu’apprend-t-on dans les institutions ?

LE RÉTROVISEUR REGARDE DEVANT

IMG_0823

Plus de renseignements sur la page NOUAGE le bulletin

 

***

 

 

Les Rendez-Vous du jeudi 

Les rendez vous du jeudi vous accueillent pour leurs deux dernières dates avant un nouveau cycle, une autre proposition…
Le 23/06 à 20H30, à la Maison de la citoyenneté

Pascale Rivals, psychologue et psychanalyste à Albi, membre de l’ACF-MP nous parlera sous le titre :
Le mystère du corps parlant
S’enseigner des jeunes filles

« Les jeunes filles semblent, plus qu’avant, au fait d’un savoir qui concerne les entours de la féminité, de la sexualité ; un savoir à disposition qui se passerait de la transmission avec l’autre, et des embrouilles du désir. Mais ce savoir ne fait pas taire ce qui, sous les alcôves, dans les dérangements du corps et dans ceux de la langue, se donnent à voir et à entendre… »

Et le point de capiton du cycle « Parlons d’elles »
Le Vendredi 9 Septembre, à 20H

CONFÉRENCE

Omaïra Meseguer, Psychanalyste à Paris, Membre de l’ECF et de l’AMP, nous fera l’honneur d’une conférence, sous le titre :

Marguerite Duras. Le regard au féminin.

« Ne sais pas être regardée.. On la regarde, elle ne le sait pas… Ne voit pas qu’on la regarde… Voit qu’on la regarde ».*
C’est à partir de ce jeu grammatical extrait d’un échange entre Marguerite Duras et Xavière Gauthier, en 1974, autour de la sortie du film La femme du Gange que nous souhaitons saisir la manière dont Marguerite Duras témoigne du lien singulier des femmes au regard. Regard absent ou regard trop perçant de la mère, regard éblouissant ou ravageant de l’amant, Marguerite Duras rends compte avec la précision délicate de son écriture d’un rapport entre le savoir, la féminité et le regard. Un regard qui, loin d’être celui de la fascination imaginaire, concerne ce que Duras appelle dans le même entretien « une zone non encore creusée »** qu’elle explore avec son écriture. Une zone dans laquelle elle s’avance avec décision et pas sans douleur. Jacques Lacan lui a rendu hommage parce qu’elle nous a frayé une voie : « elle s’avère savoir sans moi ce que j’enseigne »*** écrit-il dans les Autres Écrits. Phrase de Lacan que nous prenons comme une invitation à poursuivre…

* Les parleuses Marguerite Duras, Xavière Gauthier. Les éditions de minuit. 1974/2013 p. 127
** ibid. p. 20
*** Lacan. J  » Hommage fait à Marguerite Duras » p. 193

 duras.png

flyers

LE PROGRAMME

La sexualité féminine est-elle (si) différente de la sexualité masculine?

15 octobre 2015 :  Au-delà de la psychologie – Vanessa Sudreau

Jacques-Alain Miller, Un répartitoire sexuel, Revue de l’Ecole de la Cause freudienne n°40, Maladies d’amour.

Sur le net, sur le blog d’une collègue 

26 Novembre 2015 : La sexualité, ce n’est pas naturel ! Dominique Szulzynger
Jacques Lacan, Le Séminaire, livre XX, Encore, Paris, Seuil, 1975.

 Quand une femme devient mère, est-ce qu’elle change ?

10 décembre 2015 : Qu’est-ce qui satisfait une mère ? Eduardo Scarone

Jacques Lacan, Le Séminaire, livre V, Les formations de l’inconscient, Paris, Seuil, 1998.

Etre mère. Des femmes psychanalystes parlent de la maternité, sous la direction de Christiane Alberti, Paris, Navarin, Le Champ freudien, 2014.

21 janvier 2016 : Est-ce qu’une mère reste une femme ? Cécile Favreau

Une femme ma mère ? La petite Girafe, n°18, décembre 2003

La jouissance des femmes en question

11 février 2016 : Que veut une femme ? Laure Vessayre

Jacques Lacan, Le Séminaire, livre XX, Encore, Paris, Seuil, 1975.

17 mars : Pas folles du tout ! Christiane Alberti

Jacques Lacan, Le Séminaire, livre XX, Encore, Paris, Seuil, 1975.

Rivages et ravages

7 avril : Entre mère et fille on parle de ravage, mais sait-on de quoi il s’agit ? Marie Christine Bruyère

Jacques Lacan, L’étourdit, Autres écrits, Le Seuil, Paris, 2001, pp.449-495

Marie-Hèlène Brousse. Une difficulté dans l’analyse des femmes, Analyse de femme, Ornicar 50, Seuil-Navarin, 2003.

 Corps de femme

19 mai : L’anatomie c’est un destin ? Ou le registre des apparences ? Francis  Ratier

Sigmund Freud, La vie sexuelle, Quelques conséquences psychiques de la différence anatomique entre les sexes, PUF, 3002, pp. 123-132

Marie-Hélène Brousse. Référence ?

23 juin : Le mystère du corps parlant – S’enseigner des jeunes filles.  Pascale Rivals

La Cause du désir n°89, Le corps des femmes, Navarin Editeur, Mars 2015.

***

Et encore quelques morceaux choisis qui nous donnent à penser…

SUR INTERNET

Jacques-Alain Miller

Un répartitoire sexuel

Le cours de Jacques-Alain Miller, accessible sur le site d’un collègue bruxellois, Jonathan Leroy 

Positions, par Jacques-Alain Miller. Dans Lacan Quotidien N° 205

1994-95 DONC, le cours de jacques-Alain Miller

Sigmund Freud

Nouvelles conférences sur la psychanalyse – Cinquième conférence. La féminité

Biblio, articles, textes…

Bibliomère, l’indispensable

Deux notes sur la féminité, par Rose-Paule Vinciguerra

« On ne naît pas femme, on le devient » par Anne Lysy

Qu’est-ce qu’une femme? Conférence de Marie-Hélène Brousse

Médée, une vraie femme, par François Bony (Nice)

SUR LE PAPIER

Revues

Lettre Mensuelle N° 112 « L’Autre sexe » :  “Les féminités”entre métaphore et suppléance, par  Marie-Hélène Brousse

Extrait : Si la forclusion, impliquant ce trou dans le symbolique, conduit à des solutions de suppléances, ne peut on avancer que l’absence du signifiant de La femme implique la nécessité de suppléances, chacune responsable d’une définition différente d’une position dite féminine. Autant de solutions d’une définition différente de border ce vide ouvert dans le symbolique au niveau de la sexuation : voici qui oblige à parles “des féminités”.

 Lettre Mensuelle N° 114 : article critique de Yova Pruilh sur celui de MHB et la réponse de MHB à la controverse. Le débat porte sur l’absence de signifiant de La femme et les conséquences structurales.

La Cause freudienne N°36 

Jacques-Alain Miller. « Les semblants dans la relation entre les sexes »

La Cause du désir N° 81 « Femme parmi les femmes »

Ce numéro interroge ce qu’il y a de spécifique, sinon à la femme, disons aux femmes comme telles. […] Quant à Lacan, qui ne recula jamais à penser le « continent noir » de la féminité, son dernier enseignement leur fait une place à la fois tout-à-fait centrale et inédite, hors de l’épure de Freud.Désormais pensée non plus seulement comme phallique, mais comme Autre, la jouissance féminine s’y spécifie, indiquant en même temps que leur mode de jouir place les femmes davantage du côté du réel que du semblant. (Extrait de l’éditorial écrit parAnaëlle Lebovits-Quenehen)

A noter : Un texte de Jacques-Alain Miller, « Mèrefemme », extrait des leçons du 30 mars et 6 avril 1994 du cours « L’orientation lacanienne. Donc ».

La Cause du désir N° 89 « Le corps des femmes »

« Le mystère de sa propre féminité, sa féminité corporelle… » Jacques Lacan énonce cette formule à propos de la Dora de Freud*. Ce numéro est donc à lire comme une enquête. Là où en est parvenue la psuchanaluse d’orientation lacanienne, comment la théorie éclaire-t-elle aujourd’hui le continent noir dont parlait Freud? Et, par ailleurs, quelle relation chaque femme, une par une, a-t-elle avec ce corps, dont la féminité, qui le plus souvent lui est renvoyée par le regard des autres et l’Autre du langage, lui apparaît, lorsqu’elle-même la rencontre, d’abord énigmatique? (Extrait de l’éditorial écrit par Marie-Hélène Brousse).

*Lacan J., « Intervention sur le transfert », Ecrits, Seuil, 1966, p.220.

Quarto N°77

Jacques-Alain Miller « La théorie du partenaire, les effets de la sexuation dans le monde », Quarto, n°77, Bruxelles, 2002, p. 11.

Quarto N°90 – La femme et la pudeur

LIVRES

Sigmund Freud . La vie sexuelle

  • Chapitre IX. Quelques conséquences psychiques de la différence anatomique entre les sexes
  •  Chapitre XI. Sur la sexualité féminine

Sigmund Freud . Nouvelles conférences sur la psychanalyse

Publicités