COLLOQUE 2017

Colloque de l’Association de la Cause freudienne Midi-Pyrénées

Samedi 4 mars 2017

MALAISE DANS LES INSTITUTIONS

LE SITE DU COLLOQUE : CLIQUER ICI

La plaquette est à télécharger en cliquant sur le lien : plaquette-colloque-final-rectifie

capture-decran-2016-12-20-a-10-30-32

Que fait-on dans une institution? Pour qui? Pourquoi et à quelles fins? Ce n’est pas si facile à dire et quand c’est dit, pas si facile à entendre et à croire.

Au-delà des dispositifs réglementaires, des fiches de postes, des objectifs fixés par les instances de contrôle, qu’est-ce qui permet de faire institution?

Les institutions, comme certains sujets que le discours de la tradition n’oriente plus, se trouvent aujourd’hui déboussolées.

Traversées de courants différents, orientées par des projets contradictoires, spécialisées ou pas, les institutions constituent aujourd’hui d’authentiques champs de bataille et le malaise qui les habite confine à l’impasse. La bataille de l’autisme montre qu’il existe une volonté d’imposer des normes rigides aux institutions, menaçant leur existence même comme lieux de parole.

Malaise dans l’éducation, avec l’Ecole et ses enjeux cruciaux : comment s’y prendre face au déclin de l’autorité pour transmettre et soutenir un désir de savoir ?

Malaise dans la Justice où les modalités contemporaines du « Surveiller et punir » peuvent entraver les possibilités d’un cheminement subjectif.

Malaise dans la Santé mentale quand la clinique du médicament, de procédures en protocoles, abrase la portée de la rencontre avec une singularité.

Malaise dans le secteur Médico-social qui pâtit des effets dévastateurs de l’évaluation et d’un management proche de celui de l’entreprise au risque de gommer les particularités des sujets rencontrés et de ne considérer que des populations homogènes.

Les réglementations, les prescriptions administratives parlent fort, mais ne parlent qu’entre elles, faisant entendre ce que Lacan nommait une parole vide.

La psychanalyse propose une orientation différente.

Elle prend appui sur la logique du sujet dans ce que celui-ci a de plus particulier, un reste inassimilable par les « bonnes pratiques », un réel contre lequel chacun se cogne et que Lacan définit comme l’impossible à supporter. Les ratages, les désordres de la conduite, les précarités symboliques ou cognitives, les actes et les passages à l’acte, l’impossible à supporter dans les institutions désignent ce point qui fait limite aux protocoles et aux dispositifs mis en place. Ce point d’intraitable constitue un excédent, un en trop qui interroge la prise en charge institutionnelle.  Dans sa double face de vérité articulée au langage et de satisfaction pulsionnelle hors sens cette marque, ce symptôme est mis au principe de tout traitement institutionnel possible par Freud puis par Lacan.

La psychanalyse nous invite à miser sur le pas pour tous, le pas tous pareils, le pas tous au même pas. Il s’agit de préférer l’exception à la règle. Seuls des témoignages et l’évocation de situations particulières peuvent permettre d’extraire les signifiants maître qui tissent et nomment le malaise contemporain dans lequel sont immergées les institutions. Pour cette raison, la parole sera offerte à des intervenants de différents champs ainsi qu’à des praticiens et des psychanalystes attentifs au malaise dans les institutions. Il s’agira de chercher ensemble quels sont les nouages susceptibles, aujourd’hui, de faire institution.

Publicités