Délitement du lien social, déracinement, par Christiane Alberti*

Nous sommes invités à prendre la mesure des bouleversements actuels du lien social. Quand Lacan précise social et pas simplement lien de langage, c’est à entendre au sens de « ce qui fait tenir les corps ensemble ». Jadis, et naguère encore, l’idéal était le ciment des communautés. Aujourd’hui, les identifications traditionnelles celles que l’on tenait, de sa nationalité, de sa classe sociale, de sa profession, de sa famille, ne tiennent plus, et il s’ensuit un déracinement. A l’horizon de cette tendance contemporaine, il y a la réduction de chacun, de chaque être parlant à un Un-tout-seul branché sur sa jouissance propre.

Alors que faire ? Eh bien ! on peut faire couple. Le couple dans sa diversité, non réduit au conjuguo, reste la communauté irréductible, et en même temps celle qui peut suffire à socialiser : «…Dans cette recomposition communautaire, exigée par le déracinement qui gagne, sans doute le couple est-il la communauté fondamentale. Au moins, la forme du couple est subjectivement essentielle »[1] Notre époque connaît la remise en cause des structures sociales et des institutions qui les incarnaient. Nous assistons à une épidémie de discours qui ne font pas lien, mais qui au contraire délient et délitent le lien à l’autre. Sous la pression de politiques publiques qui somment les institutions de marcher au pas de la biopolitique. Réduites à l’administration de la norme et des protocoles, les institutions deviendraient des lieux qui isolent et réduisent les sujets à des corps à normer, ramenant chacun à leur solitude. Du côté de celui qui soigne, il se verrait réduit à être un agent au service de protocoles qui ne laissent plus de place au désir, ni au transfert.

Exclusion/ségrégation

Quand les dispositifs de la maîtrise régnaient, dominaient le lien social : structures du grand enfermement dont parle Foucault, les sujets étaient ou bien insérés ou bien exclus (référence à la loi, au droit). Quand règnent la science et le marché, le lien social est sapé dans ses fondements et l’effet est de ségrégation : « Notre avenir de marchés communs trouvera sa balance d’une extension de plus en plus dure des procès de ségrégation. » Ségrégation liée à l’universalisation qui a pour effet d’annuler toute particularité.

Il s’agit de prendre la mesure de l’évolution de ce contexte ces dix dernières années. A considérer les politiques publiques relatives aux champs sanitaire et médico-social, il s’avère que l’évaluation apparait aujourd’hui comme la seule idéologie consistante qui dans le champ académique, sanitaire et social, rencontre comme seul verrou le transfert. Un autre type de lien social est possible, qui n’entend pas dominer, mais se transmet par la seule voie du transfert de travail. Il accroche le désir par cette seule voie.

Que pourra-t-on contre la force du transfert ?

*Christiane Alberti est  Présidente de l’ECF, Psychanalyste, Responsable de la section clinique de Toulouse. Christiane Alberti est invitée au colloque du 4 mars.

[1] J- A Miller, « La théorie du partenaire » Quarto 77, juillet 2002.

Illustration : Bruno Catalino

LIEN VERS LE SITE DU COLLOQUE MALAISE DANS LES INSTITUTIONS : CLIQUER ICI

Publicités